Question:
Pourquoi les Français ont-ils insisté pour récupérer l'Indochine après la Seconde Guerre mondiale?
ihtkwot
2012-02-24 11:32:21 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Après la Seconde Guerre mondiale, la France était en mode de reconstruction, et pourtant ils ont insisté pour essayer de reconquérir l'Indochine. Il semblerait que dans le nouvel ordre mondial, cela n'ait pas beaucoup de sens pour un pays qui essayait de se reconstruire de s'engager dans une telle quantité de sang et de trésors pour quelque chose qui ne produirait sans doute pas beaucoup de dividendes à l'avenir.

Je cherche des raisons articulées par le gouvernement français de l'après-Seconde Guerre mondiale pour essayer de récupérer le territoire, ou un argument coût-bénéfice convaincant pour expliquer pourquoi ils ont poursuivi cette ligne de conduite.

Avez-vous réellement essayé de trouver une réponse vous-même avant de demander?
J'ai fait quelques recherches, mais autant que j'ai pu trouver, les Français étaient intéressés à le récupérer parce que c'était le leur auparavant. J'ai posé la question parce que je me demandais s'il y avait des facteurs politiques, économiques ou autres qui ont influencé les Français en dehors de «c'était le nôtre auparavant et nous voulons qu'il revienne».
Je dirais la ténacité d'un Charles de Gaulle.
@jfrankcarr Étant donné que De Gaulle n'était pas au pouvoir de la fin de la Seconde Guerre mondiale à l'indépendance de l'Indochine, non.
@Gilles - de Gaulle a mis en branle le processus de récupération des colonies indochines perdues pendant son bref mandat à la tête de la France de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en janvier 1946. Sa philosophie du gaullisme a ouvert la voie à la politique étrangère française pendant des décennies. Ses politiques ont été poursuivies même lorsque son parti n'était pas au pouvoir.
Je ne peux penser à aucun exemple où une puissance coloniale a laissé une colonie «non réclamée» après la Seconde Guerre mondiale; Autant que je sache, toutes les colonies sont revenues à leurs maîtres coloniaux avant de devenir indépendantes dans les années 40-60. Pourquoi la France serait-elle différente?
@Gaurav eh bien je dirais que la France a peut-être fait une pause à cause des ravages subis par la Seconde Guerre mondiale et de l'idée de la propagation de la démocratie, de l'autodétermination des colonies, etc.
OMI, cela doit avoir beaucoup à voir avec la force de la personnalité de de Gaulle. Pensez-y: à la suite de la guerre (avec la forme de zones d'occupation à Berlin ou de sièges au conseil de sécurité de l'ONU, par exemple), quatre puissances gagnantes étaient désormais définies, la France étant l'une d'entre elles. C'était tout un exploit de vente et peut-être l'exploit de de Gaulle.
@jfrankcarr Cela semble presque surnaturel. Ou, peut-être, juste peut-être, il y avait d'autres facteurs en jeu…
Vous apprendrez probablement beaucoup en lisant * La guerre en Indochine 1945-54 * de Jacques Dalloz. Appartenez-vous à une bonne bibliothèque, comme une bibliothèque universitaire? Si vous voulez l'acheter, Amazon UK demande environ 95 £ pour le livre relié.
Vous apprendrez probablement beaucoup en lisant * La guerre d'Indochine 1945-54 * de Jacques Dalloz. Appartenez-vous à une bonne bibliothèque, comme une bibliothèque universitaire? Si vous voulez l'acheter, Amazon UK demande environ 95 £ pour le livre relié. C'est ainsi qu'elle est revue par Amazon:> Largement acclamée lors de sa parution en français en 1987, cette première> histoire générale en anglais examine le passé colonial, la période de> contrôle japonais, la montée de Ho Chi Minh, la lutte de> ses guérillas basées en milieu rural à travers les cinq anciens royaumes et la défaite française à Dien Bien Phu. La guerre, qui a divisé Franc
Trois réponses:
#1
+9
BrotherJack
2012-03-21 22:13:20 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Une tendance générale que j'ai remarquée dans l'histoire de France, qui remonte à la chute de la France après la défaite de Waterloo et les pertes qui ont suivi au Congrès de Vienne, est qu'il y a une forte envie de retrouver un sentiment de prestige international. Tout au long du XIXe siècle, la France se dégrade lentement d'être la capitale mondiale de la démocratie libérale et de l'intellectualisme. Dans la seconde moitié de ce siècle, la France subit une défaite embarrassante et écrasante face à la nouvelle puissance allemande dans la guerre franco-prussienne. Cette défaite est ensuite aggravée par la dévastation totale de ce qui était autrefois la force militaire la plus redoutée au monde.

Même dans une grande partie du XXe siècle, la France est considérée comme une puissance mondiale majeure. À titre personnel, la génération de ma mère aux Pays-Bas a appris le français comme première langue étrangère, et malgré l'essor de l'Amérique, ce n'est que vers la génération X que l'anglais a remplacé le français à cet égard. Pris dans leur ensemble, cela explique une grande partie des tentatives de la France pour maintenir son identité culturelle et obtenir des positions d'importance internationale (comme sa tentative d'être le siège du gouvernement de l'UE, entre autres). Bien que certains arguments économiques puissent être avancés au nom du colonialisme français pour justifier l'action française en Indochine, ils semblent être beaucoup moins importants que la motivation culturelle irrationnelle pour le faire (similaire au besoin de l'Amérique d'envahir surmonter la " Syndrome du Vietnam "pour" justifier "l'invasion exagérée de la Grenade).

Cette réponse est créative et intrigante. Avez-vous par hasard des sources pour ajouter autant de poids à votre argument?
De façon désinvolte, pas grand-chose car il est principalement basé sur l'intuition basée sur l'étude et la lecture de l'analyse des nouvelles. Je ne me souviens pas de trop d'exemples spécifiques qui ont conduit à ce jugement, même si l'un est cet essai de K Kumar sur les attitudes britanniques et françaises à l'égard de l'impérialisme http://www.google.com/url?sa=t&source=web&cd=6&ved=0CEcQFjAF&url= http% 3A% 2F% 2Fwww.virginia.edu% 2Fsociology% 2Fpublications% 2Ffaculty% 2520articles% 2FKumar-articles% 2FKumar-EnglishandFrenchNationalIdentity.pdf & ei = yolqT-PfI4qQsQK0-fGJBg & usg = AFQjCNFNFZWdXnhUaxYtsta87emEt3bQFQ & sig2 = I4JqdFlNGI2QQjvXjuJUjg
Si votre argument sur l'importance particulière que les Français attachent au prestige international est très vrai, je pense que dans ce cas, l'explication la plus générale est la plus vraie: toutes les puissances coloniales ont tenté de regagner ou de conserver, selon le cas, leurs colonies après la Seconde Guerre mondiale. . Ils ont également tous échoué. Le rasoir d'Occam doit intervenir, j'en ai peur.
@FelixGoldberg: Les Britanniques n'étaient-ils pas au moins une exception? À ma connaissance, ils n'ont pas essayé trop dur (pas de grandes guerres) pour conserver l'une de leurs colonies, mais ont plutôt permis à la plupart de leurs colonies de passer progressivement à l'indépendance.
@KennyLJ Bon point - les Britanniques y ont vraiment mis moins d'efforts, en un sens. Peut-être parce qu'ils ont gagné la guerre, ils ont ressenti moins besoin de compensation que les autres puissances. Mais il y avait néanmoins des efforts militaires: https://en.wikipedia.org/wiki/Malayan_Emergency et https://en.wikipedia.org/wiki/Mau_Mau_Uprising
@FelixGoldberg Ajoutons que si la plupart des colonies françaises ont été prises de facto, occupées par d'autres forces ou ont des liens plus lâches, les Britanniques ont moins de problèmes. Oui, la Malaisie et Singapour ont été perdues, mais le statut de l'Inde, de l'Australie, etc. est resté intact pendant la guerre. Ainsi, alors que les Britanniques maintenaient également le statu quo, ils avaient moins d'urgence à agir activement.
Les Britanniques ont agi là-dessus… en Indochine en 1945, ironiquement. Certes, d'une manière modeste, mais cela confère un soutien encore plus fort aux arguments de Félix en ce qu'il se battait pour l'ordre mondial colonial en général et pas seulement pour défendre ses propres colonies.
#2
+9
Relaxed
2015-09-03 12:17:48 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il y a quelque chose dans la réponse de BrotherJack, mais le considérer comme une envie «irrationnelle» de grandeur et de prestige est un peu myope.

Quelques autres facteurs:

  • La France avait un immense empire colonial, pas seulement l'Indochine. Défendre sa revendication sur l'Indochine était aussi une manière de montrer qu'elle n'avait pas l'intention de renoncer à tout cela. On peut encore se demander si les colonies en général sont un gain net pour le continent, mais c'est clairement un problème beaucoup plus important. En fait, dans l'immédiat après la Seconde Guerre mondiale, les troupes britanniques - et non françaises - ont brièvement pris le contrôle de la région après la reddition des Japonais, car la Grande-Bretagne avait également intérêt à s'assurer que l'ancien ordre mondial ne serait pas bouleversé.

    Ce n'est qu'après la guerre d'Indochine qu'il est devenu clair que le colonialisme à l'ancienne était insoutenable de nos jours et que la France a décidé qu'il était tout aussi bénéfique d'avoir sous son influence des États ostensiblement indépendants plutôt que de véritables colonies. Il a ensuite initié / encouragé l'indépendance de ses colonies africaines (à l'exception - énorme - de l'Algérie).

    Et malgré tous les revers et la laideur de tout cela (jusqu'à l'attitude prise par la France lors du génocide en Rwanda), il est toujours très influent dans de nombreuses parties de son ancien empire colonial, vous ne pouvez donc pas facilement écarter cette politique comme étant totalement irrationnelle et motivée par les émotions. Cela sert vraiment bien certains intérêts.

  • La France n'a pas immédiatement engagé d'énormes ressources et n'a probablement pas réalisé à quoi elle était confrontée. Tout comme les États-Unis plus tard, il a offert son soutien à un État de substitution local, puis a été entraîné dans un conflit beaucoup plus large que prévu, augmentant ses forces en cours de route (de nombreux soldats venaient du reste de l'empire colonial français d'ailleurs) .

    Personne n'a pensé «sacrifions 100 000 hommes à la grandeur de la France» (cela exclut les forces locales), c'était plutôt «envoyons 20 000 soldats et nous réprimerons la révolte comme avant». Il faut se rendre compte que les soulèvements et les manifestations violentes étaient relativement courants, la France n’a jamais eu un contrôle très profond sur ses colonies.

  • C'était un conflit de guerre froide. La France a combattu la guérilla du Viet Minh entre 1945 et 1949, mais la guerre a complètement changé en 1950 (également à l'époque de la guerre de Corée, d'ailleurs). Après cela, la France a mené une guerre ouverte contre une formidable force communiste soutenue par la Chine, non seulement pour des intérêts étroits mais pour des raisons géopolitiques plus larges.

    J'ai lu quelque part sur ce site que la guerre du Vietnam était aux États-Unis. en quelque sorte intensifier pour sauver la France de son incompétence mais c'est absurde. C'est la France qui s'est battue beaucoup plus longtemps qu'elle ne le devrait (et l'aurait probablement fait autrement) à la demande (et avec le soutien logistique) des États-Unis dans le cadre de la lutte mondiale contre le communisme.

  • Enfin, et je ne suis pas sûr que ce soit un facteur majeur dans cette guerre particulière, mais il est intéressant de savoir que le colonialisme n'était pas simplement un processus descendant, soigneusement planifié et conçu à partir du centre. Vous pouvez le voir quand vous regardez comment l'Indochine a été conquise en premier lieu. En fait, les forces françaises locales ont progressivement pris le contrôle du territoire (réagissant souvent ostensiblement à une menace ou à une légère menace d'un chef local) et ont ensuite demandé plus de soutien du continent. L'élite coloniale avait également de puissants lobbies pour représenter leurs intérêts chez eux.

    Les recherches historiques montrent également que la plupart des gens en France métropolitaine ne se souciaient tout simplement pas de la guerre d'Indochine, des partis politiques (même du parti communiste français! ) n'en a pas fait un problème. Ce n’est pas comme si toute la France s’unissait derrière ou s’était battue avec acharnement pour elle (comme cela s’est passé pendant la guerre d’Algérie).

Il est intéressant que les gens critiquent la France à propos de l'Indochine, mais vous entendez rarement une telle critique de la guerre britannique contre les communistes en Malaisie (1948-1961), peut-être parce que cette dernière a réussi. Mais il y avait une opinion générale en Occident à la fin des années 40 que le communisme devait être * contenu *. Mais ce qui me laisse toujours perplexe, c'est pourquoi l'Amérique a pensé, ayant vu l'impossibilité d'une armée régulière de gagner dans de telles conditions d'insurrection dans la jungle bien approvisionnée qu'elle pourrait gagner là où les Français avaient échoué.
Et l'une des raisons pour lesquelles la France et l'Amérique ont échoué au Vietnam était qu'ils n'avaient pas suffisamment de troupes entraînées aux combats dans la jungle. En Malaisie, la Grande-Bretagne utilisait les Gurkhas pour les choses vraiment difficiles, mais avait également acquis une expertise en Birmanie contre les Japonais.
#3
  0
David Lloyd-Jones
2020-05-03 18:04:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il y a beaucoup de bon sens, et même parfois des faits errants, dans les réponses ci-dessus, mais il y a une légère erreur de perspective qui les traverse toutes: tous traitent "l'Angleterre" et la "France" comme des forces uniques avec des politiques uniques et intérêts. C'est irréel.

De 1945 à 1950, les deux pays étaient fortement divisés sur les lignes gauche-droite. Les communistes ont failli prendre le pouvoir équitablement, en remportant honnêtement une élection, en France. Les travaillistes ont pris le pouvoir en Grande-Bretagne en 1945.

Dans les deux pays, la gauche était fondamentalement anti-impérialiste, anticolonialiste et méprisante envers leurs conservateurs (Angleterre) et les militaristes ratés, la France. Le gouvernement travailliste s'est retiré de l'Inde et du Pakistan, et c'est un président socialiste, Mendès-France, qui s'est rendu après Dien Bien Phu.



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...