Question:
Des rameurs d'esclaves ont-ils déjà été enchaînés au navire?
Anixx
2013-05-28 17:27:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

UPDATE

Je veux savoir s'il existe des preuves que des rameurs ont déjà été enchaînés aux navires ou aux rames dans la Grèce antique et à Rome. À mon avis, il pourrait être trop coûteux d'enchaîner les gens à ce moment-là, même si l'équipage était des esclaves.

Dans de nombreuses peintures historiques, on peut voir des rameurs d'esclaves enchaînés aux navires.

  • Je me demande si cette pratique était effectivement répandue?

  • Les chaînes étaient-elles permanentes ou permettaient une déconnexion rapide?

  • Les rameurs ont-ils été autorisés à marcher dans un port lorsque le navire restait longtemps ou était rechargé? Ou étaient-ils utilisés pour aider à recharger?

  • Comment iraient-ils aux toilettes si les chaînes étaient permanentes?

  • sur un bateau un esclavage normal ou était-ce une sorte de punition?

It is worth noting that *in battle*, slave oarsmen were potentially an extreme hazard. If any one of the 170 oarsmen in an ancient Greek trireme missed a beat, the boat would immediately be dead in the water, spinning, as all the oars on one side clashed and many broke. The mobility and speed of these vessels was the result of *extreme precision* in rowing, achievable only with the aid of truly dedicated oarsmen.
AiliddsxeoCMT hence it's generally assumed (and I think there's written evidence) that rowers on military vessels were not slaves but trained soldiers. This had the added benefit that they would serve as extra troops in any boarding or amphibious action.
AiliwtyzvoCMT You are confusing galleys with Viking longboats, and with 18th century ships of the line. Galleys fight by ramming, and the oarsmen **must** stay at their oars in order to retain mobility of the vessel. Once having rammed an opposing vessel, the object is to back off as quickly and efficiently as possible, **so that the hole in the opposing vessel can fill with water** as quickly as possible. Staying in contact only allows for the possibility of the opposing crew escaping drowning by taking over your own vessel.
AilimzkmpcCMT I'm not, those galleys also were used in boarding and amphibious actions, even though that was not their primary mode of operation.
AilieoqeluCMT I read some years ago, but cannot find the source just now, that ancient Greek oarsmen "buttered their buttocks" to achieve an effect similar to the use of a modern rowing seat as popularized by Ned Hanlon.
AilijcuuqlCMT not quite relevant to the discussion, but brings up interesting images :)
@PieterGeerkens: Votre "théorie des fesses beurrées correspond étroitement à ce qu'on m'a enseigné à l'école. Http://history.stackexchange.com/questions/8874/did-the-greeks-win-the-battle-of-salamis-because-their- rameurs-étaient libres
Si jamais je suis arrêté, je vais demander des chaînes à "déconnexion rapide".
Ben Hur a beaucoup à répondre! :-(
@PieterGeerkens - les Grecs avaient des coussinets de laine sur lesquels ils s'asseyaient en ramant. Je suppose que la lanoline ou la graisse supplémentaire a fait glisser les coussinets librement.
Sept réponses:
#1
+25
Zither13
2015-04-13 18:01:16 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Rodgers, William Ledyard, vice-amiral, USN, ret. Guerre navale grecque et romaine. Une étude de la stratégie, des tactiques et de la conception des navires de Salamine (480 avant JC) à Actium (31 avant JC) (1934, 1964)

Gardiner, Robert, éd. Premiers navires, The: L'évolution des bateaux en navires (1996)

Warry, John. La guerre dans le monde classique: une encyclopédie illustrée des armes, des guerriers & La guerre dans les civilisations antiques de la Grèce et de Rome (1980) (Idéal pour les débutants.)

En classique, Les marines hellénistique et impériale, les rameurs étaient des hommes libres. Ils n'étaient pas enchaînés et se sont battus contre les actions d'embarquement lorsque c'était nécessaire. L'exception était en Grèce, lorsque les propriétaires d'esclaves pouvaient envoyer certains de leurs esclaves dans la marine en temps de guerre, mais ils étaient traités de la même manière que les hommes libres, y compris être payés à la journée. Une façon de gagner de l'argent pour acheter votre liberté!

Les scènes de Ben Hur ne sont donc que de la mauvaise histoire. Cela aurait du sens dans une galère vénitienne 1400 ans plus tard.

C'est à la fin du Moyen Âge / Renaissance que la condamnation aux galères devient une punition terrifiante infligée par les pays aux rives méditerranéennes. À ce moment-là, les criminels sont enchaînés aux bancs (fer bon marché, juste une partie des accessoires de la cuisine), y vivent, dorment, mangent et chient, probablement pour une courte vie. Vous pouviez sentir une galère ou une galère passant au vent, et ils étaient limités dans les endroits où ils pouvaient accoster ou ancrer dans un port à cause de cela. Ils puaient avec leurs esclaves. L'esclave de galère meurt-il de plaies? Personne ne s'y intéresse. Il est jetable et censé mourir d'une mort lente et horrible. Les esclaves ont bien ramé au combat pour sauver leur propre vie, car si le navire coulait, ils coulaient avec lui. Personne ne les a relâchés pour cette seule raison.

Comme mentionné ci-dessus, en fonction du devoir du navire, ils pourraient être libérés au port pour être utilisés pour le rechargement ou pour des tâches épuisantes à terre (toujours enchaînés).

Adm. Rogers encore: Naval Warfare Under Oars, 4e au 16e siècles. Une étude de la stratégie, des tactiques et de la conception des navires (1940, 1967) Ses informations sur les navires vikings sont faibles; sa balistique à l'arc long pue (parce qu'il se base sur des compétitions amateurs américaines du début du 20e siècle), mais il vous donnera tout sur les galères et les galères.

#2
+15
jwenting
2013-05-28 18:03:52 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Tous les rameurs n'étaient pas des esclaves, il était peu probable que les hommes libres soient enchaînés à leurs avirons.
L'esclavage de galère était la forme d'esclavage la plus dure à laquelle un homme pouvait faire face, à part peut-être certaines mines, et aurait donc pu être un forme de punition pour les coupables de crimes graves juste avant de justifier l'exécution (bien que je suppose que beaucoup souhaiteraient qu'ils soient exécutés après un certain temps à l'aviron).

http: // www .romanarmytalk.com / 17-histoire-militaire-romaine-une-archéologie / 176707-myth-et-réalité-des-esclaves-de-galère.html est un ancien fil de discussion sur le sujet et l'idée que les esclaves de galère n'étaient pas la norme et pourquoi. http://en.wikipedia.org/wiki/Galley_slave le confirme et répertorie les sources.
http://www.christianitytoday.com/ch/1995/issue46/ lifeasagalleyslave.html parle d'un 16e (oui, aussi tard) rameur de galère français, qui apparemment était enchaîné aux avirons à peu près tout le temps (sauf si nécessaire pour d'autres tâches). http://melita4historica.x90x.net/20011.html est une autre source pour les galères françaises. Pas techniquement des esclaves, il s'agissait de condamnés généralement envoyés pour une période déterminée (bien que la «justice» française était souvent telle que les gens étaient condamnés à des peines presque sûres de les tuer avant même que leur temps ne soit écoulé, même pour des délits mineurs).
http://www.spainvia.com/Christianslaves.htm parle du sort misérable du be many compte des millions d’Européens qui ont fini comme esclaves des musulmans d’Afrique du Nord (et d’Aussi loin comme l'Arabie, bien que cela ne soit pas explicitement mentionné. Il répond à vos questions, bien que cela se soit produit mille ans après l'empire romain dont vous parlez.

La plupart de ces esclaves publics ont passé le reste de leur vie en tant qu'esclaves de galère, et il est difficile d'imaginer une existence plus misérable. Les hommes étaient enchaînés trois, quatre ou cinq à une rame, les chevilles enchaînées également. Les rameurs ne quittaient jamais leurs avirons et, dans la mesure où ils dormaient du tout, ils dormaient sur leurs bancs. Les esclaves pouvaient se pousser les uns les autres pour se soulager à une ouverture dans la coque, mais ils étaient souvent trop épuisés ou découragés pour bouger, et s'encrassaient là où ils étaient assis ... Lorsque la flotte de pirates était au port, les esclaves de galère vivaient dans le bagno et a fait tout le travail sale, dangereux ou épuisant que le pacha leur a imposé. Il s'agissait généralement de taille et de transport de pierres, de dragage portuaire ou de construction lourde. Les esclaves de la flotte du sultan turc n’avaient même pas cette variété. Ils étaient souvent en mer pendant des mois et restaient enchaînés à leurs rames même au port. Leurs navires étaient des prisons à vie.


Cela a duré des siècles, bien après la fin de l'esclavage en Europe et dans les Amériques.

Merci. Qu'en est-il des toilettes et qu'en est-il de la pratique actuelle dans l'Empire romain et en Grèce? Je me demande également s'ils étaient enchaînés aux navires ou à rames détachables. Comment pourraient-ils aider le pacha s'ils étaient enchaînés ou détachés dans un port?
Et, y avait-il une pratique dans la Grèce antique ou à Rome pour lancer / enchaîner les rameurs (esclaves) au navire? Est-ce que le fait de jeter les gens sur une rame ou des bancs n'était-il pas trop cher, même des membres de l'équipage étaient-ils des esclaves?
La source de votre dernière citation semble * extrêmement * suspecte. Il s'agit essentiellement d'une diatribe ailée, et le site Web sur lequel il est hébergé est une sorte de diffusion publique en cas de griefs concernant une escroquerie d'investissement à Gibraltar en 2006.
@MichaelBorgwardt donc juste parce que vous n'aimez pas ce qu'il dit, vous prétendez que ce n'est pas vrai?
@jwenting: Non. J'ai écrit "suspect" et non "faux". Mais la manière dont il est écrit montre clairement que l'auteur ne laisserait pas la vérité entraver son idéologie. Sérieusement, lisez simplement le dernier paragraphe et dites-moi que c'est quelqu'un qui s'intéresse à une analyse historique raisonnable. Dans tous les cas, le tout est basé sur un texte académique qui peut être une source crédible, mais n'indique pas s'il s'agit d'une citation ou d'une paraphrase.
#3
+8
Felix Goldberg
2013-05-28 19:37:28 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Pour Athènes, wikipedia traite la question en détail:

Contrairement à la perception populaire, dans les anciennes marines, les équipages n'étaient pas composés d'esclaves de galère mais de libres Hommes. Dans le cas athénien en particulier, le service dans les navires faisait partie intégrante du service militaire fourni par les classes inférieures, les thētai, bien que les métis et les étrangers embauchés aient également été acceptés. [36] [37] Bien qu'il ait été soutenu que les esclaves faisaient partie de l'équipage d'aviron dans l'expédition sicilienne, [38] un équipage trirème athénien typique pendant la guerre du Péloponnèse se composait de 80 citoyens, 60 metics et 60 mains étrangères. [39] En effet, dans les rares cas d'urgence où des esclaves étaient utilisés pour équiper des navires, ceux-ci étaient délibérément libérés, généralement avant d'être employés. [40] Par exemple, le tyran Denys I de Syracuse a jadis libéré tous les esclaves de Syracuse pour occuper ses galères, employant ainsi des affranchis, mais par ailleurs compté sur des citoyens et des étrangers comme rameurs. [41]

, ce fait avait pour corollaire le grand pouvoir politique des gens du commun à Athènes. On est presque tenté de dire qu'Athènes était démocratique parce qu'elle avait une flotte aussi énorme, ramée par des citoyens libres. (Bien sûr, c'est plus complexe que cela, mais il y a un noyau important de vérité dans cette déclaration). Un ancien auteur l'avait déjà signalé (cité ici):

Mon premier point est qu'il est juste que les pauvres et les gens ordinaires aient plus pouvoir que les nobles et les riches, car ce sont les gens ordinaires qui dirigent la flotte et apportent à la ville sa puissance; ils fournissent les timoniers, les maîtres d'équipage, les officiers subalternes, les vigies et les constructeurs de navires; ce sont ces gens qui rendent la ville plus puissante que les hoplites et les citoyens nobles et respectables. Cela étant, il semble juste que tous devraient participer aux fonctions publiques par tirage au sort et par élection, et que tout citoyen qui le souhaite devrait pouvoir parler à l'Assemblée. ("Xénophon", Constitution des Athéniens 1.1-2)

Un historien moderne élabore ce point plus en détail - voir ici.

J'ai déjà lu ceci par le lien fourni par jwenting. Ce qui m'intéresse vraiment, c'est de savoir s'il y a AUCUNE preuve que des personnes ont été CASTÉES ou ENCALÉES sur les navires dans au moins un cas dans la Rome antique ou la Grèce.
Autant que je sache, l'utilisation d'esclaves dans les galères était un phénomène médiéval et plus tardif. Les anciens n'ont fait ni l'un ni l'autre, le film Ben-Hur mis à part.
Pas par la marine athénienne, bien sûr. Non seulement étaient-ils des hommes libres, mais ils étaient un nombre considérable d'électeurs du gouvernement - pensez à eux comme des membres du Congrès ou des députés.
@Oldcat Eh bien, c'était exactement le but de ma réponse, je pense ...
#4
+3
user4585
2014-04-29 05:44:30 UTC
view on stackexchange narkive permalink

RE. Les esclaves de galère étaient-ils enchaînés? Il y a une peinture de l'artiste italien Alessandro Magnasco datée d'environ 1710 intitulée "Manning the Galleys" qui montre clairement des esclaves de galère enchaînés par le cou et ayant la tête rasée et marqués. L'artiste était un peintre de la cour italienne de Milan et de Gênes. Ses peintures peuvent être trouvées sur des images de Google. Il a fait un certain nombre de peintures des classes inférieures et de la pègre qui sont assez intéressantes. Sur la base de cette peinture et de récits écrits, je dirais que les cités-états italiennes ont généralement enchaîné leurs galères esclaves du 16 siècle à la fin du 18 siècle.

J'espère que cela aide

Edit : Le tableau semble en fait être "L'embarquement des esclaves de la galère", 1730.
- Pieter Geerkens

La reproduction en ligne la plus claire que j'ai pu trouver est la suivante: http://www.bridgemanart.com/en-GB/asset/121279/magnasco-alessandro-1667-1749-bridgeman-studio/the-embarkation-of-the-galley-slaves -c-1730-huile-sur-toile-18e-18e-huile-sur-toile
#5
  0
Tyler Durden
2015-04-09 20:25:20 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les peintures que vous voyez sont probablement basées sur des galères médiévales ou ultérieures, telles que celles exploitées par Vencie, Gênes et la Turquie, qui dans certains cas étaient tenues par des esclaves enchaînés. Les chaînes ne seraient utilisées que dans des circonstances spécifiques.

Dans les temps anciens, il est peu probable que les rameurs soient enchaînés pour plusieurs raisons. Premièrement, le métal était beaucoup plus précieux dans les temps anciens. Même la création de simples attaches en fer forgé aurait été une proposition coûteuse il y a 2000 ans.

L'autre raison est que lorsque les chaînes sont portées pendant de longues périodes, des plaies se développent normalement là où le métal frotte contre la chair. Ces plaies peuvent se développer en aussi peu que quelques jours. Non seulement ces plaies seraient très douloureuses, mais elles finiraient par s'infecter et tueront la personne si les plaies ne sont pas traitées.

Opinion intéressante, mais sans preuve ni pour ni contre.
#6
-1
releseabe
2019-03-25 20:38:37 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Si je comprends bien, ramer un énorme navire exigeait efficacement des compétences ainsi que de la force et un navire engagé au combat pourrait facilement perdre si les rameurs ne coopéraient pas. Les esclaves pourraient voir perdre la bataille comme une possibilité de liberté en faisant défection de l'autre côté. Il me semble donc raisonnable que les navires construits pour le combat aient dû être habités par des rameurs qualifiés et motivés alors que les navires utilisés uniquement pour le transport de marchandises pourraient se débrouiller avec le travail des esclaves.

H: SE préfère des réponses faisant autorité avec des recherches documentées; cela ne répond pas vraiment à la question (révisée), "Y a-t-il des * preuves * que des esclaves étaient enchaînés au navire?
Votre argument selon lequel les esclaves ne travailleraient pas au combat pour forcer une perte et donc la liberté ne fonctionne pas. Si le navire qu'ils sont enchaînés coule, ils se noient avec. S'il est capturé, ils sont probablement tués ou simplement utilisés comme esclaves par leurs ravisseurs. S'il brûle, ils brûlent avec.
@jwenting: Je pense que l'essentiel est que votre galère dépende d'esclaves qui n'avaient rien à perdre est très risqué. Bien que je pense qu'ils avaient une chance d'être libérés si le navire était capturé, même si ce n'est pas le cas, ils auraient peut-être estimé que la mort était préférable - leur moral aurait été trop bas pour en faire un élément essentiel du succès de la bataille. .
@releseabe Je ne dis pas que l'utilisation de rameurs d'esclaves au combat serait une bonne idée par rapport à des volontaires bien entraînés et motivés, mais les arguments mentionnés pour expliquer pourquoi ils étaient une mauvaise idée telle que présentée étaient faux.
#7
-2
Histonius
2019-03-25 18:36:44 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il est difficile d'imaginer que les Romains n'utilisaient pas d'esclaves pour ramer leurs navires, en particulier les galères militaires.Une autre chose qui n'a pas été mentionnée est que les esclaves et les criminels condamnés qui ramaient des bateaux à rames étaient généralement complètement nus pour des raisons pratiques. serait un frein à ce travail ardu, ils pouvaient se soulager tout en ramant sans avoir à défaire leurs vêtements, les vêtements devenant sales causeraient aussi des maladies et il n'y avait pas lieu de faire preuve de modestie dans un tel environnement. Les rameurs et le sol étaient aussi fréquemment arrosés. avec de l'eau pour les garder propres et en bonne santé pour éviter la propagation des décès sur le navire.

J'ai lu une fois un récit qui disait que les filles et les femmes voyageant sur de tels navires allaient souvent sous le pont pour regarder les hommes nus À propos du récit de Ben Hur, qu'il soit basé sur des faits ou non, le roman décrit les rameurs comme étant complètement nus tandis que le film les montre portant des pagnes pour des raisons évidentes de censure.

Cela serait amélioré avec quelques références pour les assertions que vous mentionnez.
Etre * "difficile d'imaginer que les Romains ne se soient pas servis d'esclaves pour ramer leurs navires" * ne le rend pas vrai!


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...