Question:
Quelles nations ont armé des prisonniers et les ont envoyés à la guerre?
Vorac
2012-09-21 16:24:43 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je cherche des exemples de pays qui ont des prisonniers armés et les ont envoyés à la guerre? Les prisonniers ont-ils été contraints ou leur a-t-on offert l'amnistie s'ils survivaient?

Mark C. Wallace, je demande en fait des exemples notables, afin que je puisse les rechercher. Si vous pouvez modifier le titre, continuez!
En général, le site décourage les questions auxquelles répondent des listes d'exemples.
N'y avait-il pas quelque chose à propos des anciens Chinois envoyant des armées de forçats au combat, où la première rangée serait décapitée devant l'ennemi comme une tactique démoralisante?
Quinze réponses:
#1
+20
default locale
2012-09-21 18:19:14 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je pense que souvent est subjectif.
Voici quelques exemples de la Seconde Guerre mondiale:

  • Strafbattalions en nazi L'Allemagne a été créée à partir de prisonniers
  • La Brigade Dirlewanger en Allemagne nazie a été créée à l'origine pour des actions anti-partisanes, mais a pris part à des batailles de guerre, plus tard.
  • Les Shtrafbats, en Union soviétique, ont été créés principalement par des soldats et des officiers courtisés de l'Armée rouge.

L'article de Wikipédia sur les unités militaires pénales des liens vers d'autres exemples.

En Union soviétique l’ordonnance n ° 227, les soldats et officiers condamnés pour lâcheté et / ou problèmes de discipline étaient affectés à des bataillons pénaux. Des bataillons pénaux sont envoyés dans les sections les plus dangereuses des lignes de front. Il était possible d'obtenir l'amnistie grâce à un service militaire exceptionnel, mais aucune amnistie n'était garantie.

Parties pertinentes de l'ordre:

Le quartier général suprême de l'Armée rouge commande:
...
Forme dans chaque front de un à trois (selon la situation) bataillons pénaux (800 personnes) où seront envoyés les commandants et hauts commandants et les commissaires appropriés de toutes les armes de service coupables d'un manquement à la discipline par lâcheté ou perplexité, et les placer sur des secteurs plus difficiles du front pour leur donner la possibilité de racheter par le sang leurs crimes contre la patrie.
...
Formez dans les limites de chaque armée jusqu'à dix (selon la situation) compagnies pénales (de 150 à 200 personnes dans chaque) où des soldats ordinaires et des commandants de rang inférieur qui ont été coupables d'un manquement à la discipline en raison de la lâcheté ou de la confusion seront mis en déroute et les placer dans des secteurs difficiles de l'armée pour leur donner l'occasion de racheter par le sang leurs crimes contre la patrie.

Je n'ai aucune information ion sur l'amnistie pour les soldats nazis.

Je pense que l'amnistie était garantie si une personne était blessée. Pour les criminels ordinaires, un mois dans une unité pénale comptait comme un an de prison.
@Anixx, c'est intéressant. Pouvez-vous fournir des liens?
sachez que le régime des unités pénitentiaires était suffisamment sévère pour qu'il y ait peu de chances de survivre un mois, en fait, ils ont été contraints de se battre en tant que chair à canon, les fusils et les baïonnettes de leurs gardes et des officiers politiques dans le dos. Quiconque était trop lent, semblait hésiter ou osait faire demi-tour dans une situation désespérée était tué. Il n'y a donc pas eu de blessé ...
@jwenting Je suppose que c'est une réponse au commentaire d'Anixx. Je dois dire que je conviens que le régime des unités pénitentiaires était extrêmement sévère et que le taux de mortalité (est-ce un terme approprié?) Était très élevé. Mais compte tenu des shtrafbats, j'ai trouvé des [références] (http://grachev62.narod.ru/stalin/t18/t18_269.htm) à l'appui de l'amnistie pour les soldats hospitalisés. Cependant, je n'ai aucune statistique sur le nombre de ces occasions (au moins [un exemple] (http://goo.gl/edCQ1) à partir d'une recherche rapide sur Google). En outre, «blessé» et «faire demi-tour dans des situations désespérées» sont des catégories différentes.
@defaultlocale pas vraiment. Si vous aviez un bras abattu, vous étiez censé appuyer même si vous êtes mort, plutôt que d'appeler à l'évacuation d'un médecin ... transféré aux fonctions de zone arrière.
@jwenting était d'accord. Mon argument était qu '«il n'y avait pas de blessés ...» la ligne me paraissait trop absolutiste.
@jwenting Bien sûr, il y avait beaucoup de blessés dans les unités pénitentiaires.
AilixpqfmxCMT is there a citation for the "no medic, go on even if you're bleeding to death"?
@defaultlocale, Je crois que l'exemple que vous avez cité était une exception plutôt que la règle. Il y a pas mal de témoins cités par diverses sources que l'amnistie pour les prisonniers promise par l'Armée rouge était une imposture: le prisonnier serait gracié s'il effectuait 10 missions dangereuses, comme un mitrailleur de queue non protégé sur l'Il-2 ou un balayeur de champ de mines. , et si le prisonnier survivait miraculeusement à 9 missions, il serait réaffecté et ne serait jamais envoyé à la 10e mission.
AiliepgtrhCMT well, I just pointed to the document that guarantees amnesty for wounded soldiers. I've never heard anything about "10 dangerous missions". Would you be so kind to provide references for this part?
@defaultlocale: Je n'ai pas pu localiser le lien en quelques minutes, et je dois maintenant y aller. Peut-être avez-vous plus de chance, si cela vous intéresse. Il s'agit de Soljenitsine ou d'un autre auteur qui a rassemblé les histoires de prisonniers de cette époque. Il y avait essentiellement deux histoires racontées par de nombreux témoins de première main: la promesse d'amnistie pour 10 missions en tant que tireur arrière Il-2 (non protégé, taux de mortalité 8x par rapport aux pilotes Il-2), et la promesse d'amnistie pour 10 champs de mines. missions de compensation. Sur l'amnistie pour avoir été blessé: la première fois que j'en ai entendu parler, c'est votre question.
L'amnistie @Anixx: a été promise pour une variété d'actes, mais le plus souvent non livrés, d'une manière ou d'une autre. J'ai entendu dire par quelques sources qu'une amnistie avait été promise pour l'exécution de 10 missions spécifiques exceptionnellement dangereuses, où la plupart des prisonniers ont été tués avant d'approcher la 10e mission, comme déminer ou voler en tant que mitrailleur IL-2 non protégé (dans les premières versions d'IL-2 où l'artilleur n'avait aucune protection). Cependant, lorsqu'un prisonnier avait la chance d'accomplir 9 des 10 missions, il ne leur était plus envoyé et réaffecté à d'autres tâches, de sorte qu'il ne terminerait pas 10.
@Michael, vous décrivez une approche de type américain qui serait tout simplement impossible en URSS. Il n'y avait pas de «mentalité de mission» dans la tactique soviétique (c'est surtout une chose américaine), et personne ne compterait les «missions». Il y a eu des combats, des batailles, ... pas de «missions», surtout dans des unités aussi bas que pénales. Les conditions pour être déplacé des unités pénitentiaires étaient généralement un certain temps passé là-bas et / ou une blessure (cela s'appellerait «payer avec du sang»). Tout ce que vous avez écrit est une simple fantaisie.
@default locale de toute évidence, il vient de l'inventer ou répète la fantaisie de quelqu'un avec une expérience des jeux informatiques uniquement.
@Anixx: ce que j'ai écrit est basé sur le témoignage de prisonniers soviétiques qui ont servi comme décrit. Désolé, trop occupé au travail pour rechercher des sources.
@Anixx juste pour info, la langue par défaut de la page Wikipedia liée dans sa réponse utilise également le vocabulaire «mission», mais uniquement dans l'armée de l'air, où cela a du sens (mission = du décollage à l'atterrissage)
* le témoignage de prisonniers soviétiques qui ont servi comme décrit. * Alors, il y en a eu qui ont survécu?
Je dirais que même si parfois ils utilisaient des criminels parce qu'ils ne pouvaient trouver personne d'autre dans le cas des soldats sous Dirlewanger, il était utile d'avoir des criminels (en fait Dirlewanger lui-même était un criminel sexuel) pour faire le genre de choses terribles qui leur étaient confiées. Faire.
#2
+14
Ryathal
2013-03-04 20:38:46 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La Légion étrangère française était à l'origine une force de combat composée de criminels et d'autres indésirables.

Le but de la Légion étrangère était d'éliminer les éléments perturbateurs de la société et les utiliser pour combattre les ennemis de la France. Les recrues comprenaient des révolutionnaires ratés du reste de l'Europe, des soldats des régiments de mercenaires suisses et allemands dissous de la monarchie des Bourbons, et des fauteurs de troubles en général, tant étrangers que français.

oui, mais ils n'étaient pas des condamnés (à moins qu'un prisonnier évadé ne fasse la demande, auquel cas l'Étranger de la Légion ne s'en souciera pas, ils ne vous demandent pas votre histoire ni même une preuve d'identité lors de l'enrôlement, ou n'ont pas l'habitude de, il peut avoir changé).
@jwenting "Etrangere" en français. Et vous avez raison, aujourd'hui ils vont jusqu'à vérifier avec votre pays d'origine et interpoler que vous n'êtes pas recherché. De plus, les choses ont changé en général, alors qu'ils accueillent des personnes coriaces venant d'endroits difficiles, des choses comme un passé de consommation / trafic de drogue, d'agression violente, etc. vous disqualifient automatiquement aujourd'hui.
#3
+12
Felix Goldberg
2013-03-04 16:29:54 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Dans l'Antiquité, certains États, en temps d'adversité extrême, armaient leurs esclaves et leur promettaient la liberté s'ils s'acquittaient bien du combat.

Par exemple:

Cependant, au moment de la guerre des Achéens dans les années 140 avant JC, l'armée de la Ligue avait diminué en force et en efficacité. La Ligue a même été réduite à libérer et armer 12 000 esclaves.

la Confédération pendant la guerre civile américaine a fait la même chose.
L'Union a fait de même avec les prisonniers confédérés, mais seulement pour combattre les Indiens.
AiliiuctmgCMT During or after the Civil War?
Pour autant que je sache. La meilleure source que j'ai est le livre «Autant en emporte le vent» et le personnage de George Ashley Wilkes qui s'est fait faire cette offre et qui a refusé de le garder à Rock Island Arsenal.
http://www.archives.gov/research/military/civil-war/galvanized-yankees.pdf Terme intéressant - yankees galvanisés
#4
+9
Tom Au
2012-09-21 18:34:01 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les "prisonniers" appartiennent à deux catégories. Le premier concerne les militaires qui sont traduits en cour martiale pour lâcheté ou pour d’autres délits, qui ont la possibilité de se racheter. Le second concerne les criminels envoyés à la guerre.

Le premier type de prisonniers était assez courant, en particulier dans les sociétés totalitaires telles que l'Allemagne nazie ou l'Union soviétique (par exemple pendant la Seconde Guerre mondiale).

Le deuxième type était moins courant, mais utilisé de temps en temps. Par définition, les criminels sont des personnes agressives aptes à se battre et qui ont besoin d'une chance de se racheter.

Parfois, «l'amnistie» était offerte avant que les criminels ne soient arrêtés. Les Britanniques (et d'autres pays) l'ont fait aux 17e et 18e siècles avec les pirates. À condition qu'ils acceptent de ne pas attaquer les navires de leur propre pays, ces personnes reçoivent des lettres de grâce qui les immunisent contre les sanctions pour avoir attaqué les navires d'Autres pays. Ce processus a transformé les «pirates» en «corsaires».

+1 pour la catégorisation. Mais "les criminels sont des gens agressifs adaptés à la guerre", la ligne me semble bizarre. L'armée régulière assume la discipline et l'organisation. Je pense que l'agressivité personnelle est ici un facteur négatif.
Je crois que la marine britannique au début des années 1800 était composée d'hommes qui étaient des condamnés, qui n'étaient pas sûrs des armées terrestres sous Wellington, mais je me souviens de certains romans historiques qui faisaient souvent référence à des hommes qui auraient pu aller en prison mais qui étaient allés servir.
À quel nombre de soldats matérialisés par le tribunal correspond la totalitarité de l'État? Je pense que cela ne correspond qu'à l'ampleur des hostilités. -1
Convenez que les criminels ne sont pas, par définition, des gens agressifs aptes à la guerre. Aucune des clauses de cette phrase n'est défendable. La guerre exige un disciple plus qu'une agression, et le terme «criminel» peut inclure des personnes dont le comportement ou les opinions diffèrent de celui du gouvernement local. (Nelson Mandela, Ghandi ou Martin Luther King sont-ils intrinsèquement d'excellents guerriers simplement parce qu'ils ont été condamnés?). Ils n'ont pas non plus automatiquement besoin de rédemption. Le reste de la réponse est excellent.
+1, paramètres régionaux par défaut, vous pouvez voir un bon exemple de son fonctionnement dans le film "The Dirty Dozen". :)
@Anixx: Le «classique» était la purge de Staline de Tugachevsky et. Al. pendant PEACETIME (pas d'hostilités). En comparaison, la "purge" des généraux par Hitler après la tentative d'assassinat de 1944 a semblé "sélective".
@Tom Au Tachachevsky n'était pas un soldat.
Tugachevsky était un OFFICIER (un maréchal). Mais la question portait sur les «prisonniers», pas sur les «soldats». Après la purge de 1938, Rokossovsky a été emmené hors d'une prison sibérienne pour commander un groupe militaire pendant la Seconde Guerre mondiale.
@Tom Au vous avez affirmé que le nombre de soldats en cour martiale correspond à la totalitarité d'un État et citez un maréchal réprimé pour soutenir vos propos. C'est ridicule.
#5
+8
T.E.D.
2012-09-21 18:53:16 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je sais que c'était une pratique courante aux États-Unis dans le passé d'envoyer des criminels condamnés servir dans l'armée en temps de guerre au lieu d'une prison ou d'un autre type de service communautaire. En particulier pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque des milliers d’hommes ont été libérés en liberté conditionnelle en fonction du service militaire.

Pendant l’introduction de l’unité au début de Stripes, je pense qu’au moins une recrue a été envoyée par un juge. C'est de la haute fiction bien sûr, mais je connais au moins une référence dans la non-fiction: dans les premiers chapitres de la Colline 488, Ray Hildreth raconte qu'on lui a donné le choix de la prison ou du service militaire après une "jeunesse indiscrétions "

C'est quelque chose qui a été fait à l'époque du repêchage (et donc les hommes en âge de se battre auraient été à une prime), pas quelque chose qui se fait aujourd'hui avec les forces armées entièrement volontaires des États-Unis. Donc la référence dans Stripes était probablement un anachronisme. Aujourd'hui, les forces armées américaines n'acceptent généralement même pas les criminels condamnés (violents). Par exemple, les règlements actuels de l'armée (pdf) à ce sujet exigent une dérogation pour de nombreuses infractions pénales, et bien d'autres ne peuvent être levées.

BTW: Hill 488 est une baleine de lecture. Un peu comme Rorke's Drift au Vietnam.
Je ne sais pas à quel point cela est courant ou était fréquent aux États-Unis, mais je me souviens que pendant le MEPS, on m'a posé une question du type: Un juge vous a-t-il ordonné de rejoindre le service? Je veux dire que c'était sur l'un des formulaires que je devais remplir, mais cela aurait pu simplement être quelque chose qu'on m'a demandé. Cela m'a fait penser que rejoindre le service au lieu d'être condamné pour un crime est / était assez courant à un moment donné.
ils n'étaient pas prisonniers. Pour des crimes non violents spécifiques, les gens se verraient offrir le choix de la prison ou de l'enrôlement dans les forces armées.
@T.E.D. La [page wiki] (http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Hill_488) seule est bonne. La déclaration de SGT Howard à propos de LCpl Bins qui a été utilisé pour son ministère de la Santé m'a ravi.
Deux des marins qui ont servi avec moi dans les années 1980 ont eu le choix du juge: rejoindre l'armée ou accepter la punition du tribunal. (Les deux étaient des cas de délit, pas de crime.) Ils étaient tous les deux de bons marins, pourrais-je ajouter.
Veuillez citer toutes les affirmations non triviales.
@MarkC.Wallace - J'ai eu plus de chance de trouver des références aujourd'hui que lorsque j'ai cherché il y a 5 ans. Le lien a été ajouté. Cependant, j'ai également constaté qu'il y avait une pénurie surprenante de données concrètes sur ce sujet après la Seconde Guerre mondiale, en même temps qu'une quantité presque irréprochable de preuves anecdotiques de la pratique. C'est peut-être parce que l'armée a récemment tenté de le décourager. Je pouvais voir où il ne serait pas bon pour le recrutement d'être connu pour cela.
J'ai lu dans l'autobiographie de Dan Fante d'un ami de son essence capturée en train de siphonner à qui on a donné le choix entre l'armée et la prison. C'était au milieu des années 1960, donc militaire signifiait le Vietnam - je ne sais pas lequel j'aurais choisi, sauf que le Vietnam vous permettrait d'éviter un record.
#6
+8
Xanjori
2014-06-27 07:44:35 UTC
view on stackexchange narkive permalink

L'armée britannique a envoyé des condamnés à la guerre, peut-être surtout à l'époque de Wellington et de la guerre péninsulaire. Les criminels condamnés pouvaient choisir entre la prison / l'exécution ou rejoindre l'armée. Une armée de tels hommes a conduit Wellington à les décrire comme «l'écume de la terre» après le pillage qui a eu lieu après la bataille de Vitoria.

Wellington (quand il était encore le général Wellesley) est réputé avoir dit - pendant la guerre de la péninsule "Je ne sais pas quel effet ces hommes auront sur l'ennemi, mais Dieu me fait peur". La marine de Nelson était également composée de nombreux condamnés, je crois.
#7
+6
Steve Bird
2015-12-16 15:21:17 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Une grande partie de la "Légion noire" française du colonel américain Tate, qui envahit le Pays de Galles en février 1797, était composée de condamnés. Une action appelée "une expédition singulière d'oiseaux de prison" par l'auteur français Captain Desbriere.

Le plan d'attaque a été conçu par le général Lazare Hoche, qui avait également conçu une attaque tout aussi malheureuse contre l'Irlande quelques mois plus tôt. L'idée était qu'une petite force serait débarquée dans une partie relativement non protégée des îles britanniques. Ils pourraient alors utiliser une forme de guérilla pour causer des dommages disproportionnés par rapport à leur petit nombre et provoquer une révolte de la classe inférieure.

Hoche attribue à Carnot l'idée première d'organiser une chouannerie ou système de guérilla en Angleterre, dans le but de donner la liberté aux habitants et de les inciter à adopter une forme républicaine de gouvernement. Dans ce but, les envahisseurs, recrutés dans les galères et les prisons, et promis la pleine jouissance de leur butin, l'immunité de leurs crimes et une remise de toutes les condamnations passées, devaient se proclamer les «vengeurs de la liberté et ennemis des tyrans "... à mesure qu'ils avançaient, ils devaient ouvrir les prisons et reconstituer leurs rangs par une nouvelle réserve de malfaiteurs indigènes.

Napoleon and the Invasion of England, Vol 1 , Wheeler & Broadley (Londres, 1907), p. 38

Hoche lui-même a décrit la force, soulevée en secret, dans une lettre à la Direction, le 11 décembre 1796 ...

Il est composé de six cents hommes de toutes les prisons de mon quartier, et ils sont rassemblés dans deux forts ou îles pour éviter toute possibilité de fuite. J'associe avec eux six cents forçats choisis dans les galères, portant toujours leurs fers.

L'Irlandais Wolfe Tone avait vu cette force, alors qu'il était en France, et les avait décrites

J'ai été témoin d'un examen de la Légion noire, forte d'environ 1 800 personnes. Ce sont les bandits destinés à l'Angleterre, et ce sont des blackguards inconditionnels.

Comme Wheeler & Broadley l'a noté à juste titre, "aucun plan n'a été certainement conçu plus entièrement conçu pour vaincre son propre objet".

En l'occurrence, la force qui débarqua près de Fishguard, le 22 février 1797, se composait d'environ 1 400 hommes (sans artillerie ni cavalerie). Après une brève confrontation avec la milice locale, les Français se sont rendus sans combat le 24 février, n'ayant montré aucune intention de faire autre chose.

#8
+5
Stephen W. Richey
2014-07-01 22:33:12 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont capturé un certain nombre de troupes soviétiques originaires des régions asiatiques de l'extrême-est de l'Union soviétique. Les Allemands ont poussé certains de ces prisonniers asiatiques soviétiques au service de l'armée allemande, en particulier pour remplir des unités de défense statiques de faible qualité. Les Alliés ont capturé certaines de ces troupes en Normandie en 1944. Il y a une histoire étonnante mais vraie d'un homme coréen qui a été forcé de servir dans l'armée japonaise. Il a été capturé lors de l'un des combats soviétiques contre japonais qui ont eu lieu peu de temps avant que la Seconde Guerre mondiale éclate dans le monde. Les Soviétiques lui ont offert l'opportunité de servir dans l'armée soviétique et il l'a saisie. Plus tard, il a été capturé par les Allemands et forcé de servir dans l'armée allemande jusqu'à ce qu'il soit fait prisonnier par les Alliés occidentaux.

#9
+5
J C Nash
2016-12-19 00:14:41 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Mon père a rapporté qu'environ 30 des 130 hommes de son escadron de la RAF (247 Britanniques chinois) étaient d'anciens détenus des prisons HM qui ont été autorisés à s'enrôler pendant la Seconde Guerre mondiale et qu'ils n'auraient pas à revenir pour terminer leur peine. J'ai enregistré ceci dans Nash, John C., «Across an Ocean and Time: The World as Seen by Harry Nash», Ottawa, Canada: Nash Information Services Inc., 2010. ISBN 0-88769-013-0. Disponible gratuitement sur https://archive.org/details/AcrossAnOceanAndTime_201411}.

Je n'ai malheureusement pas encore découvert la documentation de ce programme, ce dont je serais bien sûr ravi.

#10
+3
AlaskaRon
2015-12-17 04:22:26 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La France, à la fin des années 40, avait une partie de son armée coloniale composée de prisonniers de guerre allemands et de collaborationnistes français, sortis des prisons et des camps de prisonniers de guerre. Il s’appelait le Bataillon d’infanterie légère outre-mer. C'était similaire aux Bataillons d'infanterie légère d'Afrique, même si je pense que ces derniers étaient presque tous des prisonniers libérés qui n'avaient pas retrouvé leurs droits civils.

#11
+1
Moishe Kohan
2017-01-05 23:06:33 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il faut ajouter à la réponse acceptée qu'en plus des criminels "ordinaires" ainsi que des "soldats et officiers condamnés pour lâcheté ou / et crimes de droit commun", certains prisonniers politiques ont également été envoyés pour servir dans le Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale. L’un des exemples les plus marquants est celui de Konstantin Rokossovsky, qui est passé de prisonnier politique à l’un des plus importants commandants militaires soviétiques.

En effet. Son mémoire commence par la phrase comment il est allé dans un sanatorium pour se reposer et se rétablir, puis a pris son commandement. Le sanatorium était nécessaire car il était dans un très mauvais état à sa sortie du camp du goulag mais il n'avait pas le droit d'écrire à ce sujet.
#12
+1
Rob Crawford
2017-07-14 21:55:11 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Première force de services spéciaux américaine / canadienne de la Seconde Guerre mondiale - les Canadiens ont envoyé leurs meilleurs volontaires, l'armée américaine a vidé leurs brigs. Destinés à effectuer des opérations spéciales en Norvège et en Suède, ils ont été formés au parachutisme, au ski, aux opérations amphibies et au combat rapproché. Au lieu de cela, ils ont atterri dans les Aléoutiennes - après le départ des Japonais - et ont servi en Italie, où leur assaut de Monte la Difensa a pratiquement mis fin à l'unité en tant que force de combat.

En pratique question, de nombreux commandants de poste ont saisi cette occasion pour vider leurs palissades et se débarrasser des fauteurs de troubles difficiles dans toutes les catégories. Les prisonniers avaient souvent la possibilité de poursuivre leur peine ou de «se porter volontaires» pour la Force de Frederick.

Source: «The Devil's Brigade», Robert Adelman et George Walton. p 47 (Kindle Edition)

Frederick, le commandant d'unité, a écrit une note dans laquelle il disait:

D'un message, j'ai reçu un télégramme qui disait: «Tous les volontaires car votre commande a quitté cette date. Demandez à l'officier responsable et aux gardes armés de retourner à cette station dès que possible.

D'un autre:

Tout le personnel transféré à votre commandement est en itinéraire sauf 42 AWOL, 26 hommes malades qui ne sont pas en fonction et nécessitant un traitement supplémentaire, et 14 hommes en détention en attente de décision définitive sur la remise de peine. Ces volontaires pour votre commande seront transférés dès qu'ils seront disponibles.

(ibid)

À la page 59 du même livre, le processus par lequel les membres canadiens ont été choisis est discuté:

nous étions environ 85 qui se sont inscrits, mais après avoir passé des tests médicaux et de QI, il n'en restait plus que 26. Ensuite, le colonel Williams nous a parlé et a conseillé à toute personne mariée de se retirer, car la Gendarmerie aurait probablement une vie courte mais animée. Je crois que nous nous sommes retrouvés avec seize hommes qui sont allés à Helena pour s'entraîner.

Des sources amélioreraient cette réponse.
#13
+1
Timothy
2017-07-18 03:30:29 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Le maréchal prussien Blucher, bien que né sur le territoire du Mecklembourg en Allemagne a commencé sa carrière militaire en s'enrôlant dans l'armée suédoise, dans les hussards en 1758. Il a été capturé par les Prussiens en 1760 pendant la guerre de sept ans et a accepté le occasion de changer de camp et de servir dans l'armée prussienne, ce qu'il a continué à faire, par intermittence, pendant plus de 50 ans par la suite, jouant un rôle important dans les guerres napoléoniennes, y compris dans la défaite finale de Napoléon à Waterloo en 1815.

Je ne sais pas si c'était courant à cette époque, mais d'autres membres de sa famille se sont enrôlés dans les armées danoise ou prussienne, il semble donc qu'il y avait une certaine flexibilité sur ces questions à l'époque.

J'ai aussi lu quelque part d'une occasion en 1919 pendant la guerre civile russe où les troupes `` rouges '' (communistes / bolcheviques) capturées par les Blancs anticommunistes se sont formées en ligne, ont vu leurs officiers tirer devant eux, et on leur a alors dit que l'un des eux qui voulaient se porter volontaires pour servir dans l'armée blanche sh ould faire un pas en avant. On ne leur a pas vraiment dit ce qui arriverait à ceux qui refusaient, mais étant capables de deviner, ils ont tous fait un pas en avant.

#14
  0
jeanine Smith
2017-01-11 06:05:21 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'écris actuellement un livre sur la vie extraordinaire de Ralph Emerson Lee. Le casier judiciaire de Lee a commencé en 1910 à l'âge de 15 ans jusqu'en 1946. Il y a des comptes de journaux (je ne sais pas encore si les comptes sont VRAIS.) De sa libération de l'Az. Prison d'État en 1918 pour servir dans l'armée. Il aurait été libéré à la fin de la Première Guerre mondiale avec une décharge honorable: *

* Franklin Evening Star "(Franklin, Indiana) 25 sept 1924, page 6" ... il (Lee) a été condamné à la Péniteniaire de l'Arizona. Il y fut confiné jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Lorsque la guerre a éclaté, l'Arizona avait une décision qui permettait la libération de tous les jeunes prisonniers qui promettraient d'entrer en service à l'étranger et Lee a profité de cette opportunité. Il est allé en France et a servi avec crédit et à la fin de la guerre, il a reçu une décharge honorable. "

Malgré de profondes recherches, je n'ai pas été en mesure de le prouver. L'homme était un artiste doué et aurait pu falsifié le document de décharge.

"Histoires de la Grande Guerre pour les orateurs publics" par William Herbert Brown, page 200: "Les fonctionnaires du pénitencier de l'État de l'Oregon étaient fiers d'un drapeau de service dans cet établissement qui contenait quarante étoiles lorsque la grande guerre s'est terminée, représentant quarante prisonniers qui avaient été libérés sur parole pour s'enrôler dans l'armée ou la marine américaine. Ils ont été tellement réparés que presque chacun d’entre eux a été rétabli à la citoyenneté par le gouverneur de l’Oregon. "

Si l’on cherche sur Google la situation actuelle dans nos branches de service militaire, on trouvera de nombreux articles qui, parce que de la crise de l'enrôlement - les hommes se voient offrir un service dans l'armée au lieu de la prison. Chaque branche de notre armée dispose d'un système de «renonciation» qui permet à un prisonnier de sortir de prison et de servir dans l'armée. Un des nombreux exemples:

www.salon.com/2006/02/02/waivers/

Ci-dessus se trouve le lien vers l'un de ces articles. Paru dans le magazine Salon, le 2 février 2006:

Apprécierait toutes les sources référencées sur l'état de l'Arizona libérant de jeunes prisonniers pour servir à l'étranger pendant la Première Guerre mondiale

#15
-1
W.L. O'Dell
2017-01-05 19:05:49 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai entendu des histoires d'Américains incarcérés dans le système pénal américain qui ont été autorisés à servir dans des fonctions ou des fonctions dangereuses à l'appui d'opérations militaires pendant la guerre / conflit du Vietnam. Un exemple; La CIA a recruté des membres d'équipage pour des vols de reconnaissance dangereux traversant alors le Vietnam du Nord afin d'inclure des survols entrant dans l'espace aérien chinois et russe. Ces histoires n'ont pas été collaborées ni vérifiées vraies et exactes, pour autant que je sache, et toutes semblent absurdes parce que la nature même d'une telle action utilisant des criminels condamnés aurait violé le code de droit américain. De telles histoires probablement créées et inventées par des individus désespérés ayant des antécédents criminels semblent maintenant intégrées dans les «légendes urbaines» américaines.

Avertissement juste: Ce site n'est pas susceptible de regarder avec bienveillance une réponse qui ne consiste en rien d'autre que des rumeurs non fondées. Vous voudrez peut-être au moins essayer de trouver un lien indiquant que cette rumeur existe.
Pour info, cette histoire est directement mentionnée dans les 4 premières minutes du documentaire sur la guerre de la cocaïne à Miami Cocaine Cowboys (2006, édition étendue 2014). Je recherche actuellement des sources mais je n'ai trouvé que ce message SO. C'est une affirmation tellement sauvage que je pensais sûrement qu'il y aurait d'autres sources.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...